Villes, du dessin au dessein

Cette page sera le complément de la « Carte noire« . Peu à peu, je vais tenter ville par ville d’indiquer, le ou les auteurs et leurs héros de papier les plus à même de nous faire pénétrer les artères, les places et les établissements de chacun des cités qu’ils décrivent au gré de leurs aventures.

En effet, au-delà de Cartoville©, du Guide vert©, du Routard© et du Lonely Planet© (pour ne citer que les guides les plus usités), découvrir une ville au travers d’un auteur ou de son héros est souvent bien plus marquant. Bien entendu, je parlerai d’autant mieux de la synergie entre auteur et ville que je connais cette dernière…

Commençons par aller chercher la ville qui vous intéresse, en cliquant sur son initiale :

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

B Barcelona, Bergen, Berlin, Brugge

Barcelona

Selon votre humeur, cabotine ou noire, vous voyagerez dans les pas de Pepe Carvalho, le privé de Manuel Vázquez Montalbán ou dans ceux de Ricardo Méndez, l’inspecteur miteux de Francisco González Ledesma. Avec Carvalho, vous ne raterez ni la Bocqueria et son marché aux mille saveurs, ni Gracia et son atmosphère villageoise, avec Méndez vous errerez sur les traces d’un passé plus ou moins présent des Barri d’El Raval, du Gothic, du Born et de Sant Antoni. La lecture des romans de F.G.Ledesma vous donnera un excellent aperçu de l’histoire de la ville et vous permettra de bien comprendre toute l’attitude des catalans face aux castillans ainsi que leur culture très libertaire quoique ambiguë. Barcelone est une ville d’histoire (et quelle histoire !), d’histoires, de légendes, de contes et de fêtes jusqu’au bout de la nuit. Cette ville reste un spot incontournable au niveau de la musique…
Dans tous les cas, n’oubliez pas de saluer Paco Camarasa, l’heureux propriétaire de la librairie « Negra y Criminal » dans la Barceloneta (cf. photo)… et si vous y passer le samedi sur les coups de midi, vous aurez peut-être droit à quelques moules et de tous temps à un verre de rouge !

Bergen

Bergen est une ville hanséatique sur la côte ouest de la Norvège, protégée au sein d’un fjord immense. Deuxième ville de Norvège avec 250 000 habitants, Bergen est surtout un port important et son économie est très liée à l’industrie portuaire (pêche, aquaculture et pétrole). Surnommée la ville de la pluie, cette ville semble toujours noyée dans les livres de Gunnar StaalesenVarg Veum, détective déprimé promène son blues et nous fait découvrir la vieille cité maintes fois détruite par des incendies, son port, ses bars et ses hôtels minables mais aussi tout le spleen de ses habitants.

Berlin

Berlin a cette originalité d’avoir été beaucoup moins exploitée par des auteurs de polar de langue allemande que par des étrangers. Une originalité toute relative puisque Berlin est avant tout une ville internationale et que chacun est berlinois dès lors qu’il y vit au rythme d’un quotidien plutôt zen, même si les nuits restent endiablées. Car nous sommes dans la capitale européenne de la scène électro et un voyage à Berlin impose un passage à Berghain pour y découvrir une atmosphère très particulière et fantastique. Mais revenons le jour où vos promenades suivront les intrigues de Bernard Günther, le privé de Philipp Kerr qui arpente le Berlin des années noires. Pour voir les quelques avenues inchangées de ce Berlin emportez un bouquin de Philipp Kerr (« L’Eté de cristal » ou « La Pâle figure » de préférence) ou bien le premier opus de Volker Kutscher, « Le poisson mouillé » qui détaille très voire trop bien chaque lieu du Berlin historique. Si vous préférez revenir sur les traces du Mur de Berlin et de l’histoire parallèle de ses quartiers Est et Ouest, je vous invite à lire « Breaking the Wall » de Claire Gratias et vous tâtonnerez pour retrouver les traces de cette scission aujourd’hui de moins en moins visible (sauf spot touristique). Enfin, si vous souhaitez appréhender le Berlin d’aujourd’hui, avec son cœur administratif moderne, ses quartiers Est en pleine mutation et ses quartiers Ouest rénovés, lisez « Sorry » de Zoran Drvenkar qui vous plonge dans l’ultralibéralisme de la société européenne. Mais rassurez-vous, Berlin a su garder des poches de calme, ses Biergarten, ses pâtisseries et ses cafés où vous dégusterez, selon l’heure votre Frühstück ou une Forêt Noire, ses jardins vastes et peinards et les bords de la Spree…
Enfin, prenez le temps de vous égarer du côté de la Friesenstraße où vous trouverez au n°27 « Hammett« , la librairie « criminelle » de Christian Koch.

Brugge (Bruges)

à venir…

D

Dublin (Baile Átha Cliath)

à venir…

I

İstanbul

İstanbul est une ville monde. Monde par son histoire extrêmement riche, capitale successive de plusieurs empires, par sa géographie qui en fait le trait d’union entre Asie et Europe, par son activité portuaire et par sa culture. Istanbul foisonne d’écrivains et d’éditeurs indépendants, d’écrivains très libres contrairement à ce que l’on perçoit vu de l’ouest… enfin libres jusqu’aux procès de leurs éditeurs, mais globalement, la libre pensée persiste à Istanbul et continue de s’affirmer. Il en ressort des ouvrages magnifiques écrits par Asli Erdogan ou Murat Uyurkulak, sans oublier bien entendu Orhan Pamuk. Cependant, je n’ai lu que peu d’auteurs de polars stambouliotes, à l’exception du génial Mehmet Murat Somer qui nous trimbale avec beaucoup de talent et d’espièglerie dans une ville aux nombreuses portes qui ouvrent sur des univers différents et parallèles.

L Lisboa, Lyon

Lisboa

à venir…

Lyon

à venir…

M Marseille

Marseille

à venir…

P

Paris

La ville Lumière s’avère très noire aux lectures des nombreux auteurs de polar qui se sont penchés sur ses rues et ruelles depuis Eugène Sue et ses « Mystères ». Bien sûr, Paris comme toutes les villes est une agrégation de villages et il nous est possible de retrouver pour chacun un auteur à suivre, en plus de Léo Malet qui a écrit une œuvre par arrondissement, dont les plus fameuses ont été mises en cases par Tardi (« Brouillard au Pont de Tolbiac », « Casse-Pipe à la Nation »…) :

Les auteurs de l’Est

Les « grands auteurs » de polars parisiens sont à l’Est, ou plutôt leurs fictions se passent dans l’Est parisien. Qu’il s’agisse de Frédéric H. Fajardie (sans doute le plus grand), Marc Villard, Didier Daeninckx, Thierry Joncquet, Jean-François Vilar, tous nés dans l’immédiat après-guerre, leurs œuvres sont politiquement ancrée à gauche, avec des titis parisiens plus proches des Apaches que des Poulbot… Cela fait des polars sombres, bien que très humains et toujours très alertes. En suivant leurs personnages, on se perdra entre la gare du Nord et Bastille, le long du canal de l’Ourcq ou de la rue Oberkampf.
Quelques titres à suivre pour des ballades dans l’Est :
- Les enquêtes du commissaire Padovani (de « Tueurs de Flics » à « Full speed ») au sein de l’ œuvre immense de Frédéric H. Fajardie ;
- On associera Belleville à Thierry Joncquet avec « Jours tranquilles à Belleville », « Les orpailleurs », à Didier Daeninckx avec « Belleville Ménilmontant »… mais vous pouvez aussi parcourir Belleville en suivant la tribu des Mallaussène de Daniel Pennac dans un style beaucoup moins noir et plus familial ;
- Barbès sera vu au travers des yeux de Marc Villard avec « Barbès », « Rouge est ma couleur », « Les rebelles de la nuit »… ;
- Bastille et Nation se parcourront sur les traces de Jean-François Vilar avec « Djemila » et « Bastille Tango » ;
- Saint-Denis, Pigalle et le XVIIIème peuvent être parcourus d’une traite au son de Petite mort sortie Rambuteau de Marc Villard.

Ailleurs à Paris

Dans le IIIème arrondissement, vous marcherez sur les traces de La vie Payenne de Jean-Bernard Pouy ;
En rive gauche, rien ne me vient à l’esprit, mais la mémoire me reviendra pour une autre fois…

Paris historique

Pour revoir les années 30′s, replongez-vous dans l’œuvre de Francis Carco, le chantre des bas-fonds de l’entre-deux guerres avec L’équipe (Belleville), L’homme traqué (les Halles), Rue Pigalle ou Jésus la Caille (Pigalle, Montmartre).
Pour revivre la montée de l’extrême-droite d’avant-guerre, relire Patrick Pécherot avec Boulevard des Branques, Les brouillards de la Butte et Belleville-Barcelone.

S

S Santiago, Shanghai

Santiago

à venir…

Shanghai (上海)

Un seul auteur à suivre pour visiter Shanghai, Qiu Xiaolong avec un bémol énorme : Shanghai mute à la vitesse du vent et toute description d’aujourd’hui est caduque demain. Quand on se promène dans Shanghai, on se repère à deux ou trois artères immuables, le Bund qui longe la rivière Huang Pu, Nanjing Road l’axe commerçant principal, Xujiahui et aux quelques quartiers remarquables comme Pu Dong (à admirer de la terrasse du bar rouge), Zha Bei (le quartier japonais), la concession française… mais surtout, on passe son temps le nez en l’air car Shanghai est la ville de la verticalité avec ses 5000 tours. Heureusement les odeurs des marchés et des restaurants ne sont pas totalement englouties par les vapeurs d’essence et permettent de temps à autres de nous entraîner dans les derniers dédales des shikumen restants. Quoiqu’il en soit, relire Qiu Xiaolong avant d’aller à Shanghai vous restituera l’ambiance de la ville et même si les lieux évoluent très vite, on retrouve de ci, de là les traces du Shanghai d’hier.

T

Trieste

«E Trieste, ah Trieste, mi ci sono mangiato il fegato». James Joyce

Ville aux influences autrichienne, croate, slovène, vénitienne et un peu italienne, Trieste est un port mélangeant les parfums et les épices où il fait bon flâner lorsque la Borà nous en laisse le loisir. Veit Heinichen (auteur allemand) a construit plusieurs intrigues autour de ce port qui l’a adopté depuis de longues années. Son flic, Proteo Laurenti nous présente avec un luxe de détails non seulement les mœurs et les caractères des habitants de Trieste mais aussi l’ensemble de la ville et de ses environs, en commençant par le Carso, le sentier du Duino et les nombreuses osmize où il fait bon s’arrêter casser la croûte. Emportez avec vous tous les atermoiements de Laurenti qui saura cependant vous guider d’auberges en bars et en librairies. Je vous conseille de grimper jusqu’à « Non solo libri » où vous découvrirez des trésors de comics (et dont les japonais raffolent !)…

V

Venezia

à venir…

Une réponse à Villes, du dessin au dessein

  1. Ping : ●●○○○ Les tourments d'Istanbul - Un Petit NoirUn Petit Noir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>