●●●●○ Arbeitlos in Berlin

Sans les travers de l’ultralibéralisme de notre société, de telles idées n’apparaîtraient nulle part, ni à Berlin, ni ailleurs. En partant du thème du chômage et du harcèlement au travail, Zoran Drvenkar nous conduit sur les traces de la culpabilité et de la vengeance avec « Sorry ». L’intrigue complexe et la construction très originale de ce thriller manipulent et bousculent le lecteur, lui renvoyant ses propres contradictions de vie. Pris dans le dédale du nouveau Berlin et de leurs excuses tarifées, quatre trentenaires à l’initiative d’un nouveau métier – s’excuser en lieu et place des entreprises qui licencient – sont confrontés au machiavélisme d’un tueur particulièrement cynique. On traîne autour du Wannsee avec des allers-retours temporels qui ne s’éclaireront qu’à la dernière page avalée. De quoi considérer nos peurs d’enfance avec un peu plus de respect, mais je n’en dirai pas plus.

Zoran DrvenkarSorrySonatine 2011

Ce contenu a été publié dans Croatie, Roman, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>