●●●○○ La trilogie berlinoise

Bernard Günther traverse les pages sombres de l’Allemagne nazie d’abord comme détective privé, puis comme policier rattaché au régime avant de redevenir détective après la guerre. Pendant ces trois périodes – dont les deux premières se passent à Berlin et ses environs immédiats (Postdam) et la dernière à Wien – Günther apparaît comme un anti-héros, citoyen lambda engagé dans la machine nazie, maugréant contre le régime mais sans jamais s’y opposer frontalement. De 1934 à 1947, Philip Kerr nous promène au milieu des machinations de l’appareil nazi dans une ambiance glauque à souhait. Les scènes de vie sont toutes exacerbées pour pallier la froideur du quotidien nauséabond…
On lit la trilogie rapidement, comme un scénario de BD, cela peut faire penser à une œuvre de Jean Vautrin – lui même scénariste de film et intervenant sur des BD (Le cri du Peuple de Tardi).

Philip KerrLa Trilogie berlinoise : L’Eté de cristal – La Pâle figure – Un requiem allemand – Le Masque 2010.

Ce contenu a été publié dans Ecosse, Héros récurrent, Roman, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>